Un mannequin, star des réseaux sociaux, devient victime de meurtres en série en Irak

0
Publié le 29 septembre 2018 à 10 h 34 min dans la catégorie Actualités  •  0 Commentaire

Alors que les attaques terroristes font rage en Irak, des assassinats en série, dont les victimes sont toutes des femmes célèbres, sont au cœur de l’actualité dans le pays.

Actuellement, l’Irak est sous le choc. Tara Fares, mannequin et vedette des médias sociaux irakiens, a été sauvagement abattue en plein cœur de Bagdad le jeudi 27 septembre dernier. Des responsables de la sécurité à CNN l’ont confirmé.

La mort de la jeune femme a provoqué l’indignation dans le pays. D’autres meurtres récents ont incité le Premier ministre Haider al-Abadi à ouvrir une enquête vendredi dernier.

Ancienne Miss Bagdad et première finaliste pour Miss Iraq

Tara Fares

Selon un communiqué du ministère irakien de l’Intérieur qui enquête sur l’incident, des hommes armés ont ouvert le feu sur la jeune femme dans le quartier de Camp Sarah, dans la capitale irakienne. Le porte-parole du ministère, le général Saad Maan, a déclaré à une chaîne de télévision irakienne que deux motocyclistes avaient tiré sur Fares alors qu’elle se trouvait à l’intérieur de sa voiture.

Âgée de 22 ans, fille d’un père était irakien et d’une mère libanaise, Tara Fares était chrétienne et vivait à Erbil, mais se rendait occasionnellement dans la capitale. Elle était célèbre pour ses vêtements audacieux et ses articles sur les réseaux sociaux.

Une photo en noir et blanc de Tara a été partagée par ses 3 millions d’adeptes Instagram peu de temps après son décès. Le commentaire : « Dans un incident perfide et lâche, Tara Fares Chamoun est avec Dieu. Nous avons demandé à Dieu de l’accepter avec sa grande miséricorde ».

Selon les internautes, ce serait le mode vie de la jeune femme qui serait à l’origine de son assassinat. A savoir que Tara a commencé son voyage dans le monde de la célébrité lorsqu’elle a participé au concours Miss Bagdad en 2014.

Série de meurtres de femmes célèbres

Suaad al-Ali

Suaad al-Ali

La mort de Fares survient juste deux jours après la mort de Suaad al-Ali, une militante des droits de l’homme dans la ville de Bassorah, dans le sud du pays.

Selon un responsable de la sécurité, Suaad al-Ali a été tuée par balle par un tireur inconnu sur un marché en plein air. Les autorités ont indiqué que les enquêtes étaient toujours en cours. Mais ce n’est pas tout, car le mois dernier, deux femmes bien connues de l’industrie de la beauté de Bagdad sont également décédées.

Rafeef al-Yaseri, surnommée la « Barbie de l’Irak », a été tuée dans son domicile de Bagdad le 16 août dernier. Al-Yaseri, quant à elle, était chirurgienne plasticienne et à l’origine de programmes nationaux spécialisés dans les affaires médicales pour les femmes.

Une semaine plus tard, Rasha al-Hassan, propriétaire et directrice du Viola Beauty Center à Bagdad, a été retrouvée morte chez elle. Le porte-parole du ministère de la Santé, Seif al-Badr, a déclaré à l’époque qu’Al-Hassan était décédé à son domicile, où les enquêtes préliminaires n’indiquaient aucune raison de son décès.

Al-Abadi a ordonné au ministère de l’Intérieur et au département du renseignement irakien d’enquêter sur les assassinats et les enlèvements à Bassorah, à Bagdad et ailleurs, a déclaré le ministère dans un communiqué.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.