Les pharmaciens en grève

0
Publié le 30 septembre 2014 à 20 h 23 min dans la catégorie Actualités  •  0 Commentaire

Ce mardi 30 septembre, de nombreuses pharmacies fermeront leurs portes suite à l’appel à la grève lancé par les 3 syndicats, les groupements de l’Ordre des pharmaciens. Il est conseillé d’acheter à l’avance ses médicaments, car la grève des pharmacies est prévue ce mardi. Il s’agit d’une mobilisation massive incitée par la crainte de la profession. Dès l’annonce de cette grève, le Quotidien du Pharmacien a mené une enquête auprès des titulaires. Les résultats démontrent que 90% d’entre eux sont prêts à répondre à l’appel en fermant leurs portes demain.

Les craintes de la profession en jeu

Le projet de loi de finance et le pouvoir d’achat sont à l’issue de cette prise de décision. Il consiste à autoriser la vente des médicaments sans ordonnance, et ce, en grande surface. Il donne également accès aux investisseurs d’entrer dans le capital des officines ainsi que de modifier les règles d’installation sur le territoire. Ce qui risque de fermer un certain nombre d’officines. Outre que cela, s’ajoute la reforme en cours sur la rémunération des pharmaciens censée améliorer l’économie de l’officine. Or, ces mesures sont désapprouvées par un bon nombre de pharmaciens d’où cette grève en vue.

Les propos rassurants des ministres

Les ministres de l’économie et de la santé ont rencontré les 3 syndicats et l’Ordre des pharmaciens. Pour rassurer ces derniers, les ministres ont annoncé la création d’un groupe de travail. Face à la situation, les représentants de la profession estiment que : « Cette invitation conjointe des deux ministres est un signe ; la sécurité sanitaire et la proximité territoriale sont entendues ». De son côté, le ministre Emmanuel Macron a annoncé son désir d’agir dans la concertation sans vouloir casser la profession.

Une grève qui risque de durer

Pour la présidente de l’Ordre des Pharmaciens, Isabelle Adenot, c’est une profession qui veut évoluer, « mais pas au détriment de la santé publique ». Vers mi-septembre, la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) a annoncé la réforme de l’officine en établissant vingt mesures. L’une d’entre elles consiste à proposer systématiquement aux patients le médicament d’automédication le moins cher. Ainsi, les pharmaciens s’attendent à des réponses motivantes venant du Premier Ministre. Pour l’instant, ils prévoient une longue mobilisation en attendant le processus d’élaboration de la loi, prévu au printemps 2015.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire