Que dit la loi Alur pour changer de syndic ?

0
Publié le 31 décembre 2018 à 8 h 00 min dans la catégorie Actualités  •  0 Commentaire

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles une copropriété souhaite changer de syndic. Par exemple, il se peut que le syndic propose un tarif trop onéreux. Il est aussi possible qu’il manque de disponibilité ou de réactivité, le suivi des travaux est insatisfaisant, etc. Alors, on peut envisager plusieurs solutions comme recourir aux services d’un courtier spécialisé. Il peut ainsi chercher un nouveau syndic sur mandat de la copropriété. Effectuer des recherches en direct est tout aussi faisable.

Que faire pour changer de Syndic ?

changer-concurrence-syndic

Changer de syndic est soumis au respect de certaines règles et obligations. En effet, toute copropriété peut mettre fin au contrat le liant à son syndic. Et cela peut se faire à l’échéance du mandat de ce dernier.

La loi alur copropriété oblige une mise en concurrence de nombreux syndics. En réalité, il faut que la décision du changement de syndic soit mise à l’ordre du jour de l’assemblée générale. On doit entériner par un vote l’élection de syndic par l’assemblée générale des copropriétaires.

Il est primordial de demander au syndic de faire figurer certaines questions à l’ordre du jour de l’assemblée générale. Il faut le faire avant l’envoi de la convocation, et par courrier recommandé avec accusé réception.

Cela concerne la question relative au renouvellement du mandat du syndic actuel. À part cela, il faut aussi s’orienter sur la question de la nomination d’un nouveau syndic. Un ou plusieurs copropriétaires et le conseil syndical peuvent réaliser la demande d’ajout de ces questions.

Réunion et vote durant l’Assemblée Générale des copropriétaires

réunion-vote-syndic

Afin d’obtenir le renouvellement de son contrat, le syndic en place doit avoir plus de la moitié des voix de tous les copropriétaires. C’est stipulé dans l’article 25 de la loi du 10 juillet 1965. Si jamais on n’obtient pas la majorité, il faudra alors procéder à un deuxième vote. On a la possibilité de le réaliser dans l’immédiat, après le premier ou bien le remettre à  plus tard.

Au moment du deuxième vote, la majorité des voix des copropriétaires ou représentés est suffisante. On peut le retrouver dans l’article 24 de la loi du 10 juillet 1965. Dans l’éventualité où la majorité ne serait pas obtenue, le contrat ne va donc pas être reconduit. Les copropriétaires ont l’obligeance de désigner un nouveau syndic durant la même réunion ou la même assemblée générale.

Transmettre les documents et passation de l’ancien syndic au nouveau

transmission documents

La transmission des documents et la passation de l’ancien syndic au nouveau prévoient quelques informations importantes. Elles sont réglementées par l’article 18-2 de la loi du 10 juillet 1965.

Il faut que les documents essentiels soient communiqués au nouveau syndic dans le mois qui suit la situation et la décision. Il s’agit des archives de la copropriété, la situation de la trésorerie, la totalité des fonds disponibles dans l’immédiat, etc.

Sinon, il est aussi annoncé que l’ancien syndic bénéficie de 2 mois en plus : pour fournir à son successeur le solde des fonds disponibles suite à l’apurement des comptes. Et également pour obtenir l’état des comptes des copropriétaires ainsi que du syndicat.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.