Le risque d’allergie aux pollens est très élevé cette année

0
Publié le 25 avril 2018 à 12 h 11 min dans la catégorie Actualités  •  0 Commentaire

Il fait beau, le soleil vient réchauffer les cœurs et les fleurs éclosent. Toutefois, la saison printanière emmène aussi avec elle les allergies. Les plus vulnérables sont davantage exposés au risque à voir la carte de vigilance qui se colore en rouge. Les personnes allergiques aux pollens de bouleau vont devoir se prémunir contre ces allergènes. En outre, la barre est montée haute cette année observe le Réseau national de surveillance aérobiologique ou RNSA.

Un vrai record cette année

Un chêne

Un chêne

En seulement 10 jours, la pollinisation frappe fort, notamment en Savoie. Il n’y a pas que le bouleau qui fait éternuer les plus sensibles. Les pollens de platane et de frêne sont également évoqués, bien que le risque qu’ils induisent est relativement faible. Le peuplier du chêne n’est pas en reste. Dans des cas plutôt rares, il est à l’origine des réactions allergiques selon le RNSA.

Si la pollinisation est un phénomène annuel auquel on assiste, l’évolution de la carte de département est assez surprenante. Une mauvaise passe à endurer pour 10 à 20% de la population. Il est à rappeler que la pollinisation est due à la dissémination de pollens dans l’air. Leurs graines pénétrant dans les voies respiratoires déclenchent chez certains sujets, une véritable bataille immunitaire. Ces corps étrangers sont sources d’éternuement, d’écoulements nasaux et de démangeaisons chez l’organisme qui ne les reconnait pas.

Que faire en cas d’allergie ?

L'allergie au pollen

L’allergie au pollen

Les patients qui ne résistent pas à l’invasion des pollens doivent consulter un médecin au plus vite. Il existe des traitements médicamenteux qui vont venir à bout du problème d’allergie.  En principe, les traitements adoptés vont dépendre des symptômes repérés chez le patient.

Quant aux personnes qui en souffrent depuis plusieurs années, il est possible de procéder à une désensibilisation auprès d’un spécialiste. Un traitement qui prend des années à prendre effet qui sera précédé de tests. Cela vise à définir à quoi la personne est réellement sensible. Pour ce faire, l’expert va administrer de petites doses de l’allergène incriminé sous la forme de comprimés à poser sous la langue.Pour la majorité des cas, la désensibilisation démontre une nette amélioration chez les patients. Il y en a même ceux qui ne rechutent jamais après le traitement.

 

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire