Pacemaker : une révolution dans la médecine

0
Publié le 13 juin 2016 à 23 h 31 min dans la catégorie Santé  •  0 Commentaire

Avec l’âge, le cœur se contracte moins vite, car le courant généré par le système électrique se dérègle. Cela engendre une pause cardiaque de plusieurs secondes et entraine parfois la mort subite chez une personne. Par ailleurs, l’individu peut ressentir des vertiges à cause du cerveau et des organes qui sont mal irrigués. Pour éviter ce genre d’accident foudroyant, la médecine à inventer le fameux pacemaker. En France,250 000 personnes reçoivent un pacemaker ou un défibrillateur implantable tandis qu’environ 60 000 patients sont équipés de pacemaker chaque année.

Comprendre le fonctionnement du pacemaker implanté sous la clavicule

pacemaker

Le cœur effectue un cycle interminable et interdépendant entre les deux ventricules et les deux oreillettes. Il joue un rôle de pompe sous les impulsions nerveuses qui transmettent des messages électriques au muscle du cœur appelé le myocarde. Ce qui caractérise le cœur c’est qu’il est doté d’un générateur électrique qui marche grâce au nœud sinusal en haut de l’oreillette droite. Par contre, si une personne souffre d’un rythme cardiaque trop lent, le médecin traitant peut implanter un pacemaker pour rétablir à la norme la fréquence du cœur qui doit être de 60 à 100 battements par minute au repos.

Ce stimulateur cardiaque est composé d’une pile, d’un boîtier de connexion et d’un microcircuit électronique accompagné d’un logiciel. Durant l’opération d’implantation, le boîtier générateur d’impulsion est placé sous la peau et il est relié à des fils électriques intraveineux (des électrodes) installés dans le cœur. La durée de vie habituelle de la pile est de 5 à 8 ans et elle est fabriquée en lithium.

En ce qui concerne le résultat esthétique, ne vous en faites pas, le pacemaker est très léger (20 à 30 grammes) et compact (10 à 15 cc).Sachez qu’un contrôle, au moins deux fois par an par le cardiologue traitant, est nécessaire voire même primordial pour régler l’appareil. La personne qui porte un pacemaker devra éviter de mettre le téléphone portable tout près du stimulateur. Tous les champs qui dégagent un puissant électromagnétique sont à esquiver (machine IRM, portique d’aéroport, etc,…). Montrez la carte attestant que vous portez un stimulateur.

Des pacemakers plus performants pour un rythme cardiaque parfait

L'ancien et le nouveau modèle de pacemaker par les laboratoires biotronik

L’ancien et le nouveau modèle de pacemaker par le fabriquant de prothèses implantables en cardiologie BIOTRONIK. Crédits photo Biotronik

En général, les pacemakers habituels sont accompagnés d’un boîtier qui se place au niveau de l’épaule. Avec l’évolution de la chirurgie cardiaque, ces appareils ont une dimension de plus en plus petite. La dernière génération ne mesure que 26 millimètres et 2 grammes seulement. Dorénavant, les patients peuvent bénéficier de ce dispositif au CHU de Bordeaux. Ce nouveau pacemaker se caractérise par le fait qu’il peut être positionné au cœur du cœur en stimulant un seul ventricule.

Cette innovation est plus sûre que les pacemakers classiques surtout pour les jeunes personnes atteintes de cette maladie. De plus, c’est seulement en cas d’incident qu’il fonctionne. De ce fait, la pile ne s’use pas facilement. Selon le Dr Ritter, « … La capsule, elle, est beaucoup moins problématique puisqu’il n’y a rien sous la peau, rien dans les veines ». Il faudra juste attendre le remboursement par la Sécurité sociale pour remplacer progressivement son prédécesseur. Ainsi, le patient sera sécurisé tout au long de sa vie.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire