Le mystère du dormeur agité évoqué par les spécialistes

1
Publié le 10 mars 2018 à 19 h 21 min dans la catégorie Santé  •  1 Commentaire

Le sommeil est censé être un moment de repos et de détente pour l’individu. Or, certains dormeurs sont plus agités que d’autres. Durant la phase de sommeil, une sorte de verrou paralyse les muscles au point de nous empêcher à extérioriser les rêves. Ce qui n’est pas le cas dans le cadre d’un sommeil paradoxal qui se traduit alors par des nuits très agitées.

En fait, nos rêves ont tendance à dramatiser nos quotidiens. La plupart du temps, ils simulent des menaces. Parfois, on finit par tomber du lit, car on croit avoir été suivi par un méchant. Pour avoir des réponses, des chercheurs ont observé dans un laboratoire, un dormeur agité dans un état de sommeil paradoxal.

Le sommeil paradoxal, qu’est-ce que c’est ?

Le spécialiste de cet étrange état est Michel Jouvet, un grand scientifique qui nous a quittés l’an dernier. Ses travaux lui ont permis de découvrir que le cerveau demeure en ébullition alors que les muscles, eux, sont activés au cours de cette phase, d’où l’appellation « paradoxal ». En moyenne, elle dure 20 minutes sur un cycle de 90 minutes de sommeil.

Michel Jouvet

Michel Jouvet

Les réactions du dormeur sont inhibées. L’institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM) s’est penché dessus. En 2016, il a pu déduire que le verrou se situe au milieu du tronc cérébral, dans la partie basse du cerveau. C’est pour cette raison que nos rêves restent dans notre tête. Cependant, il est verrouillé chez certains individus, ce qui explique les mouvements en plein sommeil. Pour l’heure, il n’existe pas encore de solution pour le réparer.

Un phénomène associé au développement de la maladie de Parkinson

Depuis une vingtaine d’années, l’équipe de chercheurs suit de près les personnes victimes de cauchemars agités. Ces patients sont dans la cinquantaine. Au cours de la journée, aucun signe n’est alarmant. Mais au bout de quelques années, bon nombre d’entre eux sont sujets à la maladie de Parkinson. Rappelons que ce problème de santé se caractérise par la destruction d’une population spécifique de neurones. Elle se manifeste alors par la lenteur des mouvements et des tremblements.

sommeil et agité et maladie de Parkinson

Six ans après le diagnostic de sommeil agité, la moitié des patients confirment avoir la maladie de Parkinson. Du moins, les plus jeunes qui en souffrent auront largement le temps de se protéger contre le développement de cette maladie.

Les études continuent pour établir le lien entre le sommeil agité et la maladie de Parkinson. Les chercheurs espèrent également trouver une solution pour aider les dormeurs agités à profiter à nouveau de paisibles nuits de sommeil.

Un commentaire

  1. charonbellis / 16 mars 2018 à 21 h 11 min / Répondre

    Merci 🙂 et prions pour le soleil arrive 🙂

Laisser un commentaire